Life is too short to live just one…

warhammer online

Alaï & Varax : rouage et poussière

[Voici la rencontre fictive entre mon elfe noir et mon chaotique.
L’un comme l’autre recherche des alliés pour atteindre leurs buts.
Mais là où Alaï travaille pour son seul intérêt, Varax a une vision plus large des tenants et des aboutissants.
De quoi remettre les choses en perspective pour l’ambitieux elfique …]
 
Une fois de plus, on se détournait de lui.
L’élu du chaos n’avait même daigné lui adresser la parole.
Au moins, on lui avait épargné les sarcasmes des tentatives précédentes (qui ne seront ni oubliés, ni impunis, foi de Druchii).
Mais une fois de plus, le « courant » ne passait pas entre lui et ses interlocuteurs.
 
Poursuivant sa mission -diplomatique- chez les alliés des elfes noirs, Alaï était maintenant en Terres du Nord.
Toujours décidé à compléter sa force par des capacités inconnues de ses frères, il profitait de ses prérogatives pour sonder les rangs des humains chaotiques.
Trouverait-il un être suffisamment fort pour lui être utile, mais suffisamment faible pour être manipulé ?
Alaï ne doutait pas de cette dernière condition.
 

Alaï & Razzmott – Trok

[Et voici la justification à l’entraide que s’apporteront en jeu mon chasseur de squig et mon garde noir.
Une association de circonstance, pour le meilleur (pour eux) et pour le pire (pour les autres).]
 
« … »
Alaï surplombait la bataille qui faisait rage à quelques lieues de lui.
Il restait plongé dans ses pensées, alors que la guerre entre les orques et les nains s’étalait dans toute sa violence sauvage.
Clairement en sous-nombre, les nains tentaient vaillamment de repousser la marée verte qui s’écrasait sur leur forteresse.
Malgré une appréciable intelligence, les tactiques des barbus ne parvenaient cependant pas à faire fléchir l’assaillant.
Quelque soit le piège, quelque soit l’arme, quelque soit le résultat, les orques continuaient d’avancer, piétinant sans remord les corps tombés juste devant eux.
Ils se lançaient rageusement la tête la première, transformant tout leur être en boulet de canon, se heurtant frénétiquement à la défense désespérée des nains.
Ce n’était plus qu’une question de secondes avant que la forteresse naine ne tombe aux mains de ses agresseurs verdâtres.
Mais cette victoire totale n’avait rien de glorieuse : Des centaines de peaux-vertes étaient tombés pour chaque nain à terre.
Alaï dévisageait les futurs vainqueurs avec dégoût.

Alaï Ten’Entri – Garde noir Angoisse sur WAR

[Dernier perso en liste, mon avatar elfe noir est un garde noir, spécialisé en Angoisse (affaiblir les magiciens) !
D’un point de vue gameplay, ce sera la terreur des archimages et autres utilisateurs de magie, car leurs sorts n’auront que peu d’effets sur lui, alors que ses attaques amputeront leurs capacités offensives et défensives.
Ce sera aussi intéressant en solo, puisqu’il aura moins à craindre des monstres, étant un pur tank, et donc pourvu d’une grosse défense et bourré de points de vie.
Ce sera amusant de le mesurer à d’autres classes, comme le sorcier flambloyant, car capable de contrer leurs sorts à aire d’effet.
Enfin, d’un point de vue roleplay, son histoire me permet de camper le personnage et d’expliquer comment un druchii pur souche
va se retrouver allié à un chasseur de squigs malicieux et à un maraudeur philosophe.]
 
 
La sorcière Druchii faisait les cents pas dans une des nombreuses salles de l’une des nombreuses arches noires.
Elle éructait comme cent nains, couvrant d’adjectifs peu flatteurs les subordonnés qui avaient causé le terrible fiasco de son plan pourtant infaillible.
Ses congénères la laissaient cracher sa bile, en attendant de pouvoir reprendre le fil de la discussion.
 

Paritas, Bhark et Natas – Question de dosage

[Après avoir détaillé la rencontre fictive entre mon nain et mon impérial, je vais présenter ici la rencontre entre ces deux lascars et mon elfe.
Ce dernier étant cantonné à la défense d’Ulthuan, de part son niveau assez bas et son tempérament paisible, ce sont donc les deux autres qui font le déplacement.
La boucle sera ainsi bouclée, et j’aurai une justification roleplay dans le jeu lorsque je passerai d’un perso à l’autre pour aider la même personne/guilde.]
 
Ces derniers jours n’avaient pas été fameux.
« Cauchemardesque » était certainement l’adjectif le plus approprié à ce qu’avait vécu Paritas.
Lui qui n’avait jamais connu la violence. Lui qui avait orienté sa vie vers le soulagement et la protection.
Le spectacle dont il avait été le témoin, et dont il avait été acteur, avait marqué son âme au fer rouge.
 
Les corps martyrisés qui s’entassent, les cris de haine et de douleur qui couvrent à peine le choc des armes et des magies.
Le sang giclant sur sa tunique, ses frères tombant comme des mouches sous les dagues des furies, beautés noires au coeur aussi sombre que sauvage.
La vision suréaliste de ces gardes noirs avançant malgré les coups et les énergies, comme si le monde entier n’existait pas.
Et que penser de ces sorcières … Abusant de leur propre puissance jusqu’à l’auto-destruction … Un non-sens pour un Haut-Elfe.
 
Combien de jeunes femmes avait-il englouti dans ses flammes, les regardant se débattre désespérement d’un feu qui ne peut être éteint ?
Combien de compagnons avait-il laissé dans les bras glacés de la mort, trop occupé à soigner ceux assez valides pour continuer le combat ?
Combien de mains s’étaient tendues vers lui, pour le supplier et le maudir, sans qu’il n’y réponde ne serait-ce que d’un regard ?
 
Paritas avait vécu la guerre. Et une partie de lui-même n’y avait pas survécu.

Natas & Bhark – Une lueur dans la nuit

[Ce billet raconte la rencontre imaginaire entre Natas Kriegwelt, répurgateur Jugement, et Bhark Menghir, ingénieur nain Bricoleur.
Cette histoire est totalement fictive, puisque ce sont deux personnages que je joue, et je ne peux évidemment pas les faire se rencontrer.
Il s’agit ici de donner une raison à l’entraide que s’accorderont l’un et l’autre dans le jeu.
Ainsi, Natas prêtera main forte pour la défense des forteresses naines, tout comme Bhark aidera l’Empire à tenir des positions.
De manière plus prosaïque, les deux avatars seront susceptibles d’aider les mêmes joueurs, selon les besoins du moment.
Je peux ainsi passer de l’un à l’autre, si ma guilde en exprime le besoin, ou faire une quête avec l’un qui bénéficiera à l’autre.
Pour que cela se tienne d’un point de vue Roleplay, il faut que les deux personnages se soient déjà rencontrés, et aient accepté une aide mutuelle.
C’est précisement ce qui est expliqué ici.]
 
La nuit s’était mal passée.
 
Parti avec un groupe, Natas était arrivé dans un village, qui s’était vite révélé corrompu par le chaos.
Submergé par la masse, il avait vaillement combattu aux cotés de ses alliés.
Malheureusement pour lui, si son âme y était, son équipement lui avait fait défaut.
Son pistolet soudain inopérant, il avait du se cantonner à sa rapière, qu’il était loin de maîtriser.
Plus d’une fois, il n’avait dû son salut qu’à ses camarades.
Le Prêtre de Sigmar à la tête du groupe ne manquerait pas de rapporter son inefficacité à ses supérieurs.
C’était sa première véritable mission de groupe, et c’était un fiasco.
Etait-il condamné à rester un incapable toute sa vie durant ?
Ne vaudra-t-il jamais mieux que la boue qu’il foulait d’un pas rageur ?
 
Un bruit le fit sortir de ses pensées.
Quel idiot !
Il avait marché trop loin du campement, occupé à maudire le sort qui s’acharnait sur lui.
En ces temps de ténêbres, c’était la dernière chose à faire !
Sans son pistolet, isolé des siens, dans la nuit encore noire, il n’était plus rien.
Natas jeta son pistolet dans la direction des fourrés, espérant gagner un peu de temps pour dégainer sa rapière, et maudir une dernière fois les dieux de leur fourberie.

Paritas An’antiel – Archimage Isha sur WAR

 

  
[Et un autre personnage pour Warhammer Online, Un !
C’est ici un Haut Elfe, archimage comme son héritage le laisse supposé, dont les sorts sont principalement axé sur le soin (Voie de Isha).
Il sera un aout non négligeable dans un groupe, capable de soigner et d’aider plusieurs de ses alliés, leur permettant de combattre plus efficacement.
Mais il ne sera pas une classe statique, cliquant de temps à autre sur le sort de régénération.
Au contraire, cible privilégiée de l’ennemi, il sera constamment sous pression, devant éviter les assauts tout en restant à portée de sorts.
Détail intéressant dans WAR, les sorts puissants demandent de rester immobile, alors que les sorts moindres sont utilisables en mouvement.
Ce personnage nécessitera de ma part sang froid et vision de jeu, car ma mort signera du même coup celle de ma cible alliée.
Niveau roleplay, Paritas est un jeune elfe (quelques siècles au compteur quand même).
Moins arrogant que ses pairs, il reste néanmoins assez naïf, mais plus ouvert aux autres.
Il est aussi du genre peureux …
De quoi justifier mes nombreuses couineries devant mes alliés : « Je ne suis pas lâche, je joue mon rôle !  » ^^ ]
 
 
 
Cher journal,
 
Aujourd’hui est un tournant dans mon existence.
 
Moi qui ait toujours repoussé la violence et la haine.
Moi qui ait toujours choisi la lecture à l’épée.
Moi qui ait toujours pensé à préserver avant de détruire.
J’ai rejoint notre glorieuse armée.
 
Tout a commencé il y a quelques jours, lorsque les nouvelles de l’invasion Druchii nous parvîmes.
 
Mon temps avait toujours oscillé entre l’étude des arts magiques et la lecture.
Cela était depuis fort longtemps. Et cela aurait dû le rester plus longtemps encore.
Mais la grandeur du péril qui s’étendait depuis nos plages changea tout cela.
Non pas que je pris les armes, tel un fou sanguinaire, chevauchant jour et nuit pour occire ces lointains cousins.
Mais je compris l’importance de l’enjeu, et je décida d’aider notre patrie avec les moyens que je possédais.
Je me portais volontaire pour accueillir les réfugiés et les blessés, mes savoirs ne pouvant que soulager autrui.
Je n’avais jamais étudier sérieusement. Encore moins les arcanes offensives.
Tout juste connaissais-je des sorts de soin et de protection, appris avant tout pour mon usage quotidien.
Que pouvais-je faire d’autre ?

Razzmott, chasseur de squigs tir rapide sur WAR

[Voici un autre personnage de Warhammer Age of Reckoning, que je vais me faire un plaisir d’incarner.
Razzmott, chasseur de squig de son état, sera mon personnage typé Exploration, dont la spécialisation sera gro’tir (capable d’attaquer de très loin, avec son squig au contact pour occuper l’ennemi … pendant qu’il se fait la malle en bon gobelin qu’il est ! ).
Il ira partout, découvrir de nouveaux donjons, de nouveaux chemins, de nouvelles entrées pour le Tome de la connaissance.

Le chasseur de squig est un gobelin, un humanoide vert et assez petit. Il a dressé plusieurs créatures canines appelées squig.
C’est une classe d’attaque à distance à familier, le squig becquant la cible pendant que le gobelin l’occupe/l’affaiblit avec son arc et ses flèches.
Il sera assez intéressant à jouer, car sa force reposera sur le snipe (frapper à distance par un coup lent mais puissant) et la bonne utilisation des différents types de squig.
Et comme c’est un gobelin, les dialogues vont être très brut de décoffrage.
Voici son histoire.]

Les yeux de Razzmott pétillaient un peu plus à chacune de ses foulées.
A chaque courte enjambée, il sentait le changement subtil de l’herbe sous ses pieds difformes.
Le sol de plus en plus mou, la verdure de plus en plus douce, les cailloux de moins en moins nombreux.
L’envie de se rouler par terre de plaisir le tenaillait, mais une envie plus grande encore le poussait à courrir toujours plus loin.
Du haut de son mètre vingt, le ciel comme la terre semblaient se dérouler à l’infini.

Razzmott finit par arriver en haut d’une colline, surplombant de peu le paysage escarpé des montagnes environnantes.
En ce début de journée, le soleil perçait à l’horizon, ses rayons dansant entre les cimes lointaines.
Une auréole complexe de couleurs chatoyantes se formait et se déformait entre le bleu foncé d’en haut et le vert blanchi d’en bas.
Trop primitif pour en exprimer toute la beauté, le cerveau de la petite créature lança un simple « Joliiiiii ».
Mais si les paroles y faisaient défaut, le coeur lui y était.

(suite…)