Life is too short to live just one…

Metropolis – Instead of Rock and Tima


 
 
 
Japan Expo 2009
Pas sélectionné (tu m’étonnes ^^ )

 


Anime : Metropolis

  Song : A ma Place – Alex Bauer & Zazie
  
Durée : 04:19
  
Date : 2009-05-27
 
Liens :
 
 
Un vrai héros
Metropolis est un bon exemple de contenant avec du contenu.
Magnifiquement réalisé, avec une minutie du détail simplement bluffante, et une bande originale atypique, ce film d’animation n’a pas oublié le scénario, et surtout les personnages qui font vivre l’histoire.

Oubliez le protagoniste principal, Ken’ichi, dont l’archétype tezukien a mal vieilli (il ne sert quasiment à rien de tout le film, et nous impose sa niaiserie pendant 2 heures).
Oubliez le méchant de l’histoire, Duke Red, dont l’obsession d’un monde parfait se téléscope mal avec le deuil de sa fille et ses méthodes de politicard (oui, avec un D comme dans c…..ard) .
Non, les vrais stars ici, ce sont le bras droit et le robot.

Duo improbable, le lien qui les unit est à mon sens bien plus profond et bien plus tortueux que ce que le film n’en démontre.
Rock, fils adoptif de Duke Red, recherche un amour paternel inexistant. Il est l’homme devenu machine, en manque d’amour et de reconnaissance.
Tima, robot à l’image d’une morte, recherche un sens à cet amour qu’elle reçoit. Elle est la machine devenue homme, grâce à l’amour et la reconnaissance.
Tima possède ce que Rock désire, l’amour de Duke Red.
Rock possède ce que Tima désire, le libre arbitre de tout humain.

Le bras droit n’aura de cesse de poursuivre le robot, cherchant à détruire le seul obstacle entre un fils et un père : l’amour pour une fille disparue.
Le robot n’aura de cesse de s’interroger, cherchant à détruire le seul obstacle entre la liberté et la servitude : l’amour pour une fille disparue.

Emprisonné dans son chagrin, Duke Red ne se rend pas compte des efforts de Rock pour lui plaire, et des efforts de Tima pour s’en défaire.
Prenant trop à l’un pour en donner trop à l’autre, il les enferme dans un cercle vicieux, les menant petit à petit vers l’auto-destruction.
Pourtant, à la fin du film, Rock et Tima auront obtenu, pendant un bref instant, ce qu’il désiraient tant : la reconnaissance pour l’un, la liberté pour l’autre.

Un vrai duo
Ce clip porte sur l’amour filial. Un amour qui peut enchainer et torturer ses protagonistes aussi surement que l’amour vrai.
Il me fallait un musique pour illustrer cet antagonisme entre Rock et Tima.
Le film étant trop centré sur Ken’ichi et pas assez sur Duke Red, ni Rock ni Tima n’ont eu le loisir de s’expliquer entre eux et leur « géniteur ».
Humain comme robot n’ont eu le temps de se dire ce qu’ils avaient sur le coeur, et encore moins de faire comprendre à Duke Red comment ils vivaient cette situation.

C’est dans cette optique que je choisis « A ma place » de Axel Bauer et Zazie, chanson pas vraiment récente, mais au combien éloquente.
Quoi de mieux pour représenter un duo improbable entre un humain et une machine qu’un autre duo improbable entre un has-been (désolé pour lui, mais on ne l’entend qu’une fois par décennie) et une tête de gondole de la chanson française (Zazie est quand même le « top » du francophone, avec Goldman et Johnny).

Leur échange de paroles colle à merveille avec mon idée de discussion à coeur ouvert entre Rock et Tima.
La subtilité étant que la chanson porte sur un amour vrai, alors que je devais illustrer une rivalité dans un amour filial.
Pas vraiment une gageure, puisque 99% des paroles s’appliquent sans problème à ma thématique.
Le 1% restant pouvait se maquiller sans trop de problème avec un montage astucieux.

Un vrai zéro

Tout était prêt donc.
Tout sauf une chose … moi !
Déjà, je m’y suis mis en retard.
J’avais choisi un film, car bien plus rapide à découper qu’une série de 10 000 épisodes.
Mais, suite à diverses choses coté vie privée, je me suis retrouvé à la bourre.

Ensuite, je me rend compte en cours de montage que mon logiciel digère très mal le HD (j’avais pris la version bluray du film).
Me voici donc avec un logiciel qui plante toutes les 30 secondes, et seulement deux semaines pour boucler l’amv.

Pas glop du tout.

Le résultat est évidemment pas terrible : le montage est simpliste, les effets sont brouillons (ou raté), et le lipsync tombe à plat (essayez de synchro quelque chose en 1fps, vous … ).
Pas étonnant que je me sois fait recalé. ^^

Dommage, mais bon, même si j’aime bien le thème et les personnages, je ne m’y étais pas assez investi.
Ce n’est pas une amv majeure, comme peuvent l’être « Always Ulquiorr » ou « Because Harima had to go ».
Juste un petit tribute à deux héros, que tout opposait et que tout aurait dû rapprocher.

Comme d’hab, les lyrics en anglais, version moi :

Would she be, instead of me, stronger than man
at those many dead-ends where she looses me
A living hell, a glorious death
Have I, to please him, to go that far
Can I really succeed?
Can we be forgiven?
Can we be loved
for what we just are?

Does he think of me some times
when my wings are scratched
and my isles drowned?
I bend through the weight
under the weight
of that half-woman he wants me to be
I’m ok to be cute, not to sleep in the woods
I’m ok to be queen, not the shadow of king
Do I have to need?
Do I have to bleed?
To be loved by him
for what I am truly

Could he do something?
Could she do for me?
To open the door just more
Only one small step
Could he do a little more, another effort
A hand, a step, a step to me…

I don’t expect from you that you stay the same
I don’t expect from you that you understand,
Only you love me for what I just am.

Does she think of me some times?
What do I have to do, to be noticed?
A living hell, a glorious death
Are you turning me into what I want not
I’m ready to enforce another face to face
but the silence is dead, and yours freezes me
My soulmate looks for the issue
The more I bleed, the more you get scared

Do I have to teach you?
I ask for nothing
The dark seas where I crawl
Where you go, where you’re from
Do you really need to know
All what you’re hiding
The doubt within me, deep within you


I don’t expect from you that you stay the same
I don’t expect from you that you understand,
Only you love me…
Only you love me…
For what I just am.

When I doubt…
When I fall…
When the journey is too long…
When often I am no more
what you expected from me
What could we have done else?
What would you have done
instead of me?

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s